Skip to content

Fichous : une soixantaine de marcheurs contre les forages pétroliers

novembre 21, 2016

Fichous : une soixantaine de marcheurs contre les forages pétroliers
Une soixantaine de manifestants se sont réunis aux abords du site de forage Cappouey de Fichous-Riumayou, ce dimanche.

Sébastien Lamarque
PAR SÉBASTIEN LAMARQUE, PUBLIÉ LE 20 NOVEMBRE 2016, MODIFIÉ LE 21 NOVEMBRE 2016.

A l’appel du collectif Gaz de schiste 64, une soixantaine de personnes ont participé à une marche et un casse croûte contre les forages pétroliers à Fichous et Garos.

Une marche d’un peu plus d’un kilomètre, par le chemin Lapoudge, pour rallier le site de forage d’Investaq Energie à Fichous-Riumayou. Une soixantaine de personnes ont répondu ce dimanche à l’appel du collectif « Non au gaz de schiste 64 »pour participer à un pique-nique devant le site de forage.

Le collectif s’oppose à tout forage d’hydrocarbure en Béarn et préconise plutôt de « réfléchir à des politiques d’économie d’énergie ». En 2014, la société Celtique énergie avait pu procéder durant six mois à des forages d’exploration sur Fichous, uniquement, assurait-elle, sur des « hydrocarbures conventionnels ». Au printemps dernier, le rapport de l’enquête publique sur de nouveaux forages d’exploration à Fichous (deux sites) et Garos (trois sites) concluait à un avis favorable. Ce qui laisse craindre au collectif un arrêté préfectoral « imminent ».

« Nous avons voulu organiser ce rassemblement pour dénoncer une procédure que nous jugeons pas du tout démocratique« , résume Damien Lalaude, porte-parole du collectif. l craint surtout que derrière les « hydrocarbures conventionnels » se cache la volonté de rechercher du gaz de schiste. « Ce n’est pas rentable d’exploiter du pétrole à plus de 5000 m de profondeur, relève-t-il. Plus ils descendent profondément et plus ils se rapprochent de la roche mère pour trouver du gaz de schiste. »

« Un site de forage, c’est comme une machine à laver qui tournerait constamment »

Les participants parviennent en file indienne au site de forage « Cappouey ». Un marcheur mauléonais ne cache pas sa déception. « Je pensais voir des derricks, moi. Je suis déçu. Ils sont sous-équipés ! » Céline, jeune mère de famille originaire de Garos, a, elle, rallié le collectif Non au gaz de schiste 64. « Ma belle famille habite juste en face. Ils ont eu droit à une jolie Tour Eiffel illuminée la nuit, ironise-t-elle. Ils ont été confrontés à des nuisances sonores et visuelles. Cela peut paraître tout bête, mais il ne leur était plus possible de voir un ciel étoilé. » Elle déplore aussi « les passages de camions sur Fichous ».

Manée Casseignau, de Fichous, vit aux premières loges, à une centaine de mètres à vol d’oiseau du site de forage de Cappouey. Elle dénonce également les nuisances sonores du forage réalisé durant six mois, « comme une machine à laver qui tournerait constamment ». Les nuisances visuelles sont aussi « amplifiées » la nuit : « Se croire en ville alors qu’on est en pleine campagne, c’est un peu dommage, réagit Manée. Nous avions une activité de chambre d’hôtes sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Si nous voulions la reprendre, elle serait forcément dévalorisée par ces forages. »

D’autres manifestants sont venus jouer la « convergence des luttes », comme ces Oloronais engagés contre des projets de carrière au Bager d’Oloron et au quartier de Soeix. « Nous sommes déterminés. Et si on peut avoir plus de monde encore pour la manifestation de ce lundi (à 17h30 devant la mairie d’Oloron), on prend. »

Des forages qui visent les hydrocarbures conventionnels

  • Avis favorable pour Fichous et Garos ► Le 13 mai 2016, le commissaire enquêteur rendait un « avis favorable » à la demande d’autorisation de forages d’exploration (5 puits) sur Garos et Fichous-Riumayou. Avec cette précision surlignée : « Les forages de recherche prévus ne visent que des réservoirs conventionnels et ne nécessitent pas de recours à la fracturation hydraulique ». Autrement dit : pas le gaz de schiste.
  • Gers : les foreurs précisent ► Suite à la décision du tribunal administratif de Pau relative au permis de recherche d’hydrocarbures de Saint-Griède (notre édition du 18 novembre), l’Amicale des foreurs et des métiers du pétrole précise que les recherches envisagées par la société Gas2Grid « ne concernent absolument pas le gaz de schiste et se situent dans une zone proche de gisements de pétrole existants qui n’ont rien à voir avec le gaz de schiste ».
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :