Skip to content

Guerre en Ukraine: Shell pourrait se retirer d’un projet de gaz de schiste dans l’Est

juin 11, 2015

 

source: AFP/Romandie
Londres – Shell envisage de se retirer d’un important projet de gaz de schiste dans l’Est de l’Ukraine, gelé car proche de la ligne de front entre forces ukrainiennes et rebelles séparatistes prorusses, a-t-on appris auprès du géant pétrolier.

Shell n’a pu concrétiser ses engagements à propos du projet Iouzivska depuis longtemps à cause d’un état de force majeure, les circonstances échappant au contrôle de Shell, a expliqué le géant anglo-néerlandais dans un court communiqué transmis à l’AFP.

Un accord avait été signé au début 2013 entre Royal Dutch Shell et l’Etat ukrainien pour ce champ, devant constituer l’une des principales exploitations de gaz de schiste du pays qui souhaite réduire sa dépendance énergétique à l’égard de la Russie voisine.

Mais le groupe pétrolier a déclaré en juillet 2014 un cas de force majeure autour de ce projet, situé en partie dans la région du fief rebelle de Donetsk et près de la ligne de front entre forces ukrainiennes et rebelles séparatistes prorusses.

A cause de ces événements, les conditions de mise en place du projet ont changé. Nous avons donc entamé des discussions avec le gouvernement ukrainien et notre partenaire Nadra Iouzivska à propos de l’accord de production partagée, a poursuivi Shell.

Une source proche du dossier a précisé qu’un retrait pur et simple du géant pétrolier était l’une des options envisagées, parmi d’autres.

Le projet représente un important enjeu financier puisque l’Etat ukrainien avait estimé début 2013 les investissements potentiels à plus de dix milliards de dollars et la production potentielle entre 10 et 20 milliards de mètres cubes par an. Sur le plan symbolique, il participe en outre de la tentative d’émancipation ukrainienne vis-à-vis du joug énergétique russe.

Au total, le gisement de Iouzivska couvre près de 8.000 km2 dans les régions de Donetsk et de Kharkiv, avec une ressource située à une profondeur de deux à trois kilomètres. L’Ukraine est considérée comme l’un des pays les plus prometteurs en Europe pour l’exploitation du gaz de schiste (ou pétrole de schiste), avec la Pologne et la Roumanie.

Les autorités ukrainiennes ont affirmé cette semaine affronter une force de plus de 42.000 hommes appuyés par plus de 500 chars dans l’Est, soit l’équivalent d’une armée d’un pays européen moyen, et craignent une escalade des violences dans la région séparatiste où les combats ont repris lundi.

pn/jmi/mcj

ROYAL DUTCH SHELL PLC

(©AFP / 11 juin 2015 13h03)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :