Skip to content

Le caricaturiste Tahar Djehiche devant le juge

mai 5, 2015

Actualité – El Watan //

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

Tahar Djehiche s’ajoute à une longue liste de caricaturistes algériens poursuivis par les autorités à cause de leurs dessins. Son avocat, Djamal Lekbir, inquiet, qualifie les accusations de «dangereuses» et l’affaire de «politique». Joint par téléphone, Tahar explique que le procureur de la République lui reproche sa caricature publiée sur son compte facebook illustrant un sablier dont le sable de la fiole d’en haut, qui représente In Salah, s’écoule et recouvre le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, assis sur sa chaise roulante dans la fiole d’en bas.

Concernant la deuxième accusation, l’avocat affirme qu’il est toujours en relation avec la question du gaz de schiste au sud algérien. Tahar se justifie : «Il s’agit d’une question que j’ai posée sur mon compte facebook où je me suis demandé si la marche initiée par la CTLD, le 24 février (en solidarité avec la population d’In Salah et contre l’exploitation du gaz de schiste en Algérie), allait drainer des gens ou pas ?»

Connu sur les réseaux sociaux sous le nom de Tahar le caricaturiste (en arabe), Tahar Djehiche, 54 ans, enseignant en primaire à El Oued, est auditionné pour la première fois vers la fin du mois d’avril avant d’être présenté officiellement devant le procureur de la République de la même wilaya jeudi dernier.

«C’est une atteinte grave à la liberté d’expression. Les autorités veulent nous empêcher de nous exprimer contre le projet du gaz de schiste en Algérie et se lance dans une campagne d’oppression contre les voix libres du Sud qui dénoncent ces pratiques dignes d’un Etat dictatorial», s’indigne le caricaturiste.

Pour rappel, c’est Tahar Djehiche qui est derrière la plupart des slogans portés par les manifestants à Ouargla et à El Oued lors de la marche antigaz de schiste du 14 mars dernier. Son avocat affirme que son client est sous le viseur des autorités depuis 2012 et s’interroge : «Pourquoi le ministre des Affaires étrangères, qui a participé à la marche parisienne en soutien aux caricaturistes de Charlie Hebdo, ne manifeste pas sa solidarité avec Tahar Djehiche ?»

Selon Me Lekbir, Tahar risque jusqu’à 13 mois de prison ferme pour la première accusation et six mois pour la deuxième. «C’est de la hogra, fulmine Tahar Djehiche. Je reste solidaire avec la population d’In Salah et contre l’exploitation du gaz de schiste en Algérie. Je défendrai la liberté d’expression et je célébrerai aujourd’hui à ma manière, cette Journée internationale de la liberté de la presse.»

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :