Skip to content

GdS. Nouvelle réglementation publiée prochainement pour les forages par fracturation aux Etats Unis

avril 15, 2015

ECOWATCH 23-03-2015. Merci à Bernard pour sa traduction.
Plutôt cette semaine la Secrétaire d’État à l’Intérieur, Sally Jewell a dit que les nouvelles régulations pour la fracturation sur les terrains du Département du Bureau de gestion du sol, (Bureau of Land Management (BLM) concernant la fracturation sur les terrains fédéraux seraient publiés « dans les prochains jours », suivant un processus de quatre ans qui a conduit à recevoir plus de 1,5 millions de commentaires du public. Aujourd’hui elle a dévoilé ces nouvelles réglementations, qui prendront effet dans 90 jours. Le BLM proclame qu’il « soutiendra une fracturation hydraulique sûre et responsable sur les terrains publics et Amérindiens. »
Les réglementations fédérales sur le forage de puits datent de plus de 30 ans, et elles ne se sont tout simplement pas adaptées aux complexités techniques des opérations de fracturation actuelles », a dit Jewell. Cette remise à jour et ce renforcement des règles fourniront un cadre de travail pour les protocoles de sauvegarde et de publications qui permettront la poursuite d’une développement responsable de nos ressources fédérales de pétrole et de gaz. Alors que nous continuons à offrir des millions d’hectares de terrains publics pour la production d’énergie conventionnelle et renouvelable, il est absolument critique que le public ait confiance dans le fait qu’une sécurité transparente et effective ainsi que des protections environnementales sont mises en place.

Pendant des années, les forages ont été effectués sur les terrains fédéraux avec plus de 100.000 puits existants. Cependant, avec le boom de la fracturation depuis une vingtaine d’années, plus de 90 % des nouvelles opérations de forage impliquent ce processus, éludant les réglementations d’il y a 30 ans.
Plutôt que l’interdiction de nouveaux forages que beaucoup de groupes environnementalistes et citoyens recherchaient, les règles mettent l’accent sur des enjeux de sécurité comme la construction de puits, la gestion des substances chimiques et la publication.
En particulier elles incluent :
• De s’assurer de la protection et de l’ approvisionnement des eaux profondes en exigeant la validation de l’intégrité du puits et de solides barrières de ciment entre le puits de forage et les zones acquifères qu’ils traversent
• D’exiger des compagnies qu’elle révèlent publiquement les produits chimiques et fluides utilisés pour la fracturation, au Bureau de Management du Sol en utilisant le site Web LandFocus, et ce 30 jours avant de commencer les opérations
• D’appliquer des standards améliorés pour le stockage temporaire des fluides usagés et récupérés à l’issue de la fracturation pour minimiser les risques sur l’ari, l’eau et la vie sauvage
• Des mesures pour minimiser le risque de contamintaton entre puits et par les fluides et produits chimiques utilisés lors de la fracturation, en requérant des compagnies qu’elles fournissent plus d’informations détaillées sur la géologie, la profondeur et l’emplacement des puits préexistants pour donner au BLM une chance de mieux évaluer et gérer les caractéristiques du site
Cette règlementaton protègera la santé publique et l’environnement pendant et aprés les opérations de fracturation hydraulique à un coût modeste en respectant à la fois le travail réalisé au préalable par l’indutrie, les états et les tribus et promouvant l’adoption de standards plus protecteurs à travers le pays », a dit Janice Schneier, la Secrétaire Assistante pour la gestion du sol et des Minéraux. « Nous savons combien il est important que ça se passe bien ».
Cette réglementation a été mise en forme et réalisée en prenant en compte l’expertise technique, les intérêts et préoccupations de tous nos partenaires, et elle se base sur le travail des états et des tribus pour s’assurer des meilleurs pratiques sur une base nationale », a ajouté le directeur du BLM, Neil Kornze : »Les nouvelles régulations sont essentielles vis-à-vis de nos efforts mutuels pour protéger l’environnement et les communautés qui dépendent vitalement de l’eau, du sol et des ressources de la vie sauvage. Cette règlementation est de la bonne gestion.
Cette opinion est loin de faire l’unanimité. Quelques groupes environnementalistes ont salué un bon départ.
« Nos domaines publics et les populations qui vivent autour méritent le plus haut niveau de protection de la part de l’industrie du gaz et du pétrole » a dit Jessica Ennis, représentante législative majeure de Earthjustice : »Les règles proposées aujourd’hui par l’intérieur sont un important pas en avant en évoluant vers l’utilisation de réservoirs pour stocker l’eau toxique produite et en éloignant le concept périmé de « puits type » et en le replaçant par l’exigence de tests d’intégrité sur tous les puits.Mais il faut aller plus loin. Les USA doivent monter en régime l’expansion d’énergie propre et garder le gaz et le pétrole dans le sol ».
« La réglemention sur la fracturation par le BLM apporte une amélioration significative sur le « business as usual » a dit le directeur des politiques de « Earthworks », Laurent Pagel. « pour la première fois, le BLM va interdire les fosses à déchets sur les terrains publics, et exiger des compagnies gazières et pétrolières de tester l’intégrité de chaque puits pour prévenir la pollution. Mais à d’importants égards cette réglementation n’atteint pas ce qui est nécessaire pour protéger les communautés et l’environnement et poursuit le modèle de l’administration Obama : la priorité de l’extraction de carburant fossile sur le développement de l’énergie propre et la santé de la population.
D’autres ont été plus catégoriquees sur les lacunes de ces nouvelles règles.
« Nos précieux terrains publics ont été et sont continuellement sacrifiés par l’administration Obama, uniquement pour le profit à court-terme de l’industrie du gaz et du pétrole, a dit Wenonah Hauter, directeur exécutif de Food and Water Watch. « Nous allons poursuivre notre travail pour protéger vraiment les millions d’hectares des terrains fédéraux,qui demeurent maltraités jusqu’à ce que la fracturation soit complètement arrêtée. Les Etats-Uniens croient que préserver l’intégrité environnementale de ces zones pour les générations à venir est un enjeu politique d’importance critique, en particulier à la lumière des nouvelles preuves de la nocivité liée à la fracturation sur les ressources naturelles ».
« Nos terrains publics sont trop précieux pour les dégrader avec la fracturation » a dit la députée au Congrés Jan Schakowsky de l’Illinois, qui avec son homologue du Wisconsin Mark Pocan a présenté un projet de loi en décembre pour bannir la fracturation sur les terrains publics. « Les réglementations du BLM sont un pas dans la bonne direction, mais il faut en faire plus pour garantir que les terrains publics sont protégés et préservés pour les futures générations. Nous continuerons à travailler en vue de l’interdiction complète de la fracturation sur les terrains publics . »
Mais même ces règles modestes et de bon sens étaient trop pour certains acteurs industriels. L’Institut Américain du Pétrole, (API) les a appelées « redondantes » et un obstacle à la création d’emplois : »En dépit de la renaissance sur les terrains privés et publics, la production d’énergie sur les terrains fédéraux a chuté, et ces règles sont juste une barrière de plus à la croissance » a déclaré le directeur API et des opérations industrielles et en amont Erik Milito. « Sous le fort leadership environnemental des régulateurs nationaux, le forage par fracturation horizontale et verticale a ouvert une nouvelle ère de sécurité énergétique, de croissance d’emplois et de force économique »
Mark Ruffalo, membre du bureau de conseil des Américains Contre la Fracturation;ne pouvait être plus en désaccord : » Nos parcs nationaux et nos terrains publics font partie de nos trésors et devraient être préservés de la fracturation. Pourtant au lieu de suivre l’exemple de l’interdiction de la fracturation par l’état de New York, l’administration Obama a conçu ces régulations sur la fracturation comme n’étant que des cadeaux à l’industrie du gaz et du pétrole. Ces régulations puisent dans notre héritage et le transmettent à une industrie qui n’a pas besoin d’encouragement.Industrialisation et parcs ne sont pas du même monde.
Charlie Cory, chercheur spécialisé chez Freenpeace est d’accord : » Le Président devrait ordonner au BLM d’arrrêter immédiatement de statuer sur de nouvelles attributions jusqu’à ce qu’on ait la preuve qu’ils n’accélèrent pas le basculement climatique, ou qu’au minimum leurs nouvelles réglementations sur la pollution au méthane soient finalisées et contraignantes. Tout ce qui précède devrait signifier « plus rien venant du sous-sol ».

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :