Skip to content

Terroir, Tafta et gaz de schiste à St-Lager-Bressac

mars 19, 2015

conseil municipal St-Lager-Bressac

Parmi les nombreuses problématiques évoquées mardi dernier lors du conseil municipal de Saint-Lager-Bressac, on retiendra l’importance majeure accordée à la dimension locale. En effet, le conseil municipal a commencé par… une petite dégustation de produits locaux pour trouver des nouveaux producteurs qui pourraient fournir la cantine scolaire du RPI.

Gaz de schiste, toujours contre

Le conseil municipal de Saint-Lager-Bressac, à l’instar de la majorité des élus ardéchois, répond à la volonté de la population en s’opposant au renouvellement du permis du bassin d’Alès, permis déposé sous Jean-Louis Borloo en 2010 qui expirera cette année. Les habitants et les élus locaux tentent de faire pression pour demander à l’actuelle ministre de l’écologie, Segolene Royal, de s’opposer à son renouvellement.

Non au Tafta

Les membres du conseil municipal s’opposent unanimement au traité de libre-échange transatlantique (Tafta pour Trans-Atlantic Free Trade Agreement). Ce projet d’accord commercial entre les Etats-Unis et l’Union européenne permettrait de libéraliser les échanges de biens et de services en se substituant aux directives de l’OMC et en supprimant les barrières douanières.

Mais aussi…

– Le bilan des comptes de la commune pour l’année 2014 est positif malgré les coûts importants liés aux dégâts naturels des orages de novembre dernier. L’année 2015 devrait aussi connaître un résultat excédentaire, peu de frais étant à prévoir.

– La préparation du nouveau bureau de vote pour les élections départementales a été évoquée. Rappelons que 4 listes se présenteront pour le canton de Chomérac les 22 et 29 mars.

Le Tafta autoriserait la vente de produits américains en Europe aux normes qui sont propres aux Etats-Unis. Cet accord donnerait également aux multinationales la possibilité d’attaquer les Etats en justice en cas de désaccord. Ainsi les conseillers municipaux de Saint-Lager Bressac craignent que leur commune qui privilégie les produits locaux soit attaquée pour concurrence déloyale. De plus, le Tafta autoriserait le libre accès aux matières premières dans les pays partenaires, ce qui renvoie à la question du gaz de schiste.

Sylvain Ascari, adjoint au maire et professeur des écoles, souligne un paradoxe sur la méthode employée par les chefs d’Etats pour faire connaître ce projet commercial. Barack Obama affichait déjà sa volonté de développer le commerce international au début de son mandat. Le Tafta est donc une suite logique de sa campagne. Il est alors perçu de manière positive. Alors qu’en Europe les chefs d’Etat se battent discrètement contre le peuple et les élus en faveur de ce traité, François Hollande souhaite « aller vite » pour éviter « une accumulation de peurs, de menaces, de crispations », a-t-il déclaré lors de sa dernière visite aux États-Unis. Ces méthodes apparaissent quelque peu douteuses et antidémocratiques.

Et le maire, Alain Bernard, de dénoncer cette stratégie qui agit « telle une taupe qui vient manger les plantes par la racine et nous attaque au cœur ». Le conseil municipal, indigné, demande un arrêt immédiat des négociations et l’ouverture d’un débat national sur cette motion de libre-échange transatlantique…

Barbara de Blic

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :