Skip to content

Les manifestations se transforment en émeute à In Salah

mars 2, 2015

Des dizaines de blessés, une nouvelle vague de répression – source: El Watan //

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

Chassés la veille, les manifestants d’In Salah, très nombreux, ont repris possession de leur place emblématique Somoud.

Ils étaient quelque 4000 manifestants à accéder, hier, place Somoud, après en avoir été éjectés la veille vers minuit par les tirs de bombes lacrymogènes. La population d’In Salah vient de reprendre possession de l’emblématique esplanade de la résistance antigaz de schiste. Après un samedi violent et une nuit mouvementée, les forces de l’ordre ont réussi à lever le camp dressé depuis deux mois sur la place Somoud, jouxtant le siège de la daïra d’In Salah.

D’impressionnantes images de tentes brûlées ont circulé durant la nuit sur les réseaux sociaux, dénonçant la violence excessive contre les manifestants, hommes et femmes, qui sont sortis dans la rue en fin d’après-midi pour demander aux gendarmes et aux policiers de relâcher les détenus arrêtés dans la matinée, qui ont fini par être libérés vers 16h. Mais les affrontements entre les agents antiémeute et les manifestants ne se sont pas estompés pour autant.

La confrontation a continué de plus belle, dans la nuit, avec pour seul objectif une épreuve de force visant à déloger les habitants de la place Somoud et effacer tous les signes d’une résistance inédite qui aura duré exactement 60 jours. Hier matin, ils étaient des centaines à se regrouper devant le siège de la daïra. D’abord depuis les quartiers voisins pour contourner les 4000 manifestants sur place, puis d’autres quartiers, quadrillés par la police et repoussés par le cordon sécuritaire massif, se sont joints à ce défilé bizarre où les CRS couraient derrière eux avec des bombes lacrymogènes.

Violents affrontements

Les manifestants entonnaient un chant patriotique, Samidoun lil ghaz sakhri rafidoun (nous résistons et refusons le gaz de schiste). Ils manifestaient contre les violences policières, une résistance affichée après les événements de la veille. Des témoins parlent «de bombes lacrymogènes encore plus fortes, qui n’ont pas épargné les établissements scolaires, notamment Omar Ibn El Khettab où des jets ont atteint les classes où les enfants essayaient de passer leur premier examen de la journée». A l’heure où nous mettons sous presse, les affrontements se poursuivent. Des images ahurissantes de femmes déplaçant des fardeaux de bouteilles de vinaigre ou brisant des roches pour alimenter Sahat Somoud en cailloux.

Le matin, des avions militaires ont acheminé les renforts attendus depuis deux ou trois jours, selon nos sources. Ces renforts ont vite pris position dans les points névralgiques d’In Salah qui vit ses premières émeutes et où la première confrontation avec les forces antiémeute suscite beaucoup d’amertume et un regain de mobilisation. L’étincelle ?

Des affirmations officielles qui circulent depuis jeudi dernier sur le maintien de la fracturation hydraulique décriée par la population et… de la bouche même du chef de brigade chargé de la protection de la base de vie de Halliburton, située à 10 km d’In Salah, qui aurait crié aux manifestants samedi matin : «Nous sommes là pour protéger ceux qui viendront fracturer le second puits, vous n’y pourrez rien.» Une nouvelle provocation, de nouveaux blessés qui sont soignés à domicile pour éviter d’être repérés par les forces de l’ordre.

La LADDH appelle à la libération des manifestants

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) a dénoncé la violente répression de la manifestation pacifique des militants antigaz de schiste à In Salah.

Dans un communiqué adressé hier à notre rédaction la LADDH a vivement condamné l’intervention musclée des forces du maintien de l’ordre contre des manifestants pacifiques tout en demandant «la libération des personnes arrêtées».

La LADDH rappelle ainsi que «ce 28 février 2015 donc, soit quatre jours après que le pouvoir et ses épigones aient tenté de surfer sur la date symbolique de la nationalisation des hydrocarbures, le voilà qui défend les multinationales contre le désir des Algériens d’empêcher que leur environnement soit détruit du fait de l’exploitation du gaz de schiste».

Le bureau national a réaffirmé par là même «son engagement avec les citoyens d’In Salah» et a appelé «les Algériens, dont une partie a déjà montré sa solidarité, à continuer dans la même direction pour aider tous nos concitoyens à ne pas vivre avec cette menace». R. P.

Houria Alioua
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :