Skip to content

Départementales : les anti-gaz de schiste font pression sur les candidats

janvier 22, 2015

ESSONNE INFO | Par   | Publié le Mardi 20 janvier 2015

À deux mois des élections départementales, le collectif Non au gaz de schiste en Essonne s’immisce dans la campagne. Son but : obtenir l’avis de tous les candidats à cette élection sur l’exploitation du gaz de schiste dans le département. Faute de réponse, le collectif prendra ses responsabilités en proposant lui-même ses propres candidats.

Schiste

Qui sont ces personnes masquées ? Pour le moment, peu d’indices. L’un d’entre eux indique qu’il peut s’agir « d’une personne de votre entourage plus ou moins proche, d’un collègue de travail ou même de votre conjoint ». Dommage, il est encore trop tôt pour les organisateurs de ce shooting photo en pleine nature pour pouvoir communiquer les noms de ces personnes. À défaut de savoir qui se dissimulent derrière ce déguisement, une chose est sûre, une partie de ces personnes seront certainement candidates aux prochaines élections départementales.

Obtenir des garanties

C’est donc devant l’un des quatre puits actifs (Ndlr : celui du Plessis-Pâté) appartenant à l’une des sociétés de l’industrie pétrolifère, le groupe Vermillion, qu’une quarantaine de personnes s’est donné rendez-vous ce samedi 17 janvier. Ces gens ont ainsi répondu à l’appel lancé par les membres du collectif Non au gaz de schiste en Essonne. Un rassemblement pas anodin vu que ce dernier marque tout bonnement l’entrée en campagne des militants anti-gaz de schiste pour les élections départementales des 22 et 29 mars. L’objectif est clair pour l’ensemble de ces personnes : « demander à ce que tous les candidats écrivent dans le marbre qu’il n’y aura jamais d’exploration et d’exploitation de pétrole et d’huile de schiste en Essonne », clame Philippe Pascot, l’un des membres de ce collectif.

Viscéralement opposés à l’extraction par le biais de la fracturation hydraulique de ces huiles présentes à plus de 2 000 mètres de profondeur, les opposants au gaz de schiste souhaitent que le sujet occupe une place particulière dans la campagne aux départementales. « Il en va de notre santé et de celle de la nature, poursuit Philippe Pascot. Il n’y a pas d’autres moyens que la fracturation hydraulique pour permettre l’extraction de cette huile de pétrole aujourd’hui. Le problème, c’est ce qu’engendre l’extraction. La terre est souillée pour 300 à 400 ans tandis que l’eau utilisée pour la fracturation est définitivement polluée ».

Le tableau s’est encore assombri pour les anti-gaz de schiste, étant donné qu’en toute fin d’année 2014, le groupe Vermillion a fait part de sa volonté de creuser 13 nouveaux puits en Essonne. « Comme par hasard, ils ont fait des demandes pour forer jusqu’à plus de 2 000 mètres de profondeur, et c’est la profondeur à laquelle se trouve l’huile. Si l’exploitation du gaz de schiste est autorisée demain par le gouvernement, suite aux permis qu’ils ont signés, ils n’auront même pas besoin de refaire un dépôt de demande pour récolter cette huile, s’emporte Philippe Pascot. Voilà pourquoi nous profitons de ces élections pour interpeller directement les élus et les candidats sur ce qui se trame ».

Faire perdre ceux qui sont pour

À deux mois du scrutin, le collectif essonnien souhaite faire réagir sur cette question qui divise de nombreux élus. « Nous sommes en capacité de nous présenter dans tous les cantons. Mais nous aimerions en présenter le moins possible », lâche le membre du collectif. Car leur stratégie est simple. Si les candidats au Conseil général se positionnent contre l’exploitation du gaz en Essonne, à l’image de Marianne Duranton notamment, le collectif retira son binôme sur le ou les canton(s) en question. À l’inverse, si des candidats s’abstiennent de donner un avis ou même si un candidat se prononce pour, alors les anti-gaz de schiste maintiendront leur candidature. Conscients de leur maigre chance de victoire, les militants ne s’avouent pas vaincus pour autant. « À défaut de pouvoir gagner, notre but est de faire perdre celui qui est pour, affirme Philippe Pascot. D’autant plus, avec le fort taux d’abstention qui accompagne ces élections, je pense que les candidats doivent prendre nos revendications au sérieux pour éviter qu’il ne leur arrive une mauvaise surprise », avance le membre du collectif.

Jusqu’au dépôt des candidatures, les militants anti-gaz de schiste assurent qu’ils ne relâcheront pas la pression auprès des candidats pour que ceux-ci se déclarent pour ou contre l’exploitation de cette huile. Le prochain acte de leur campagne est prévu dans les toutes prochaines heures. Le collectif dévoilera la photo de ces futurs candidats sans masques cette fois-ci. « La découverte de certains visages fera sans aucun doute réagir de nombreux candidats », garantit Philippe Pascot. Plus de détails dans les prochains jours donc…

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. Julien permalink
    janvier 22, 2015 9:35

    Bonjour,

    copier-coller entièrement cet article sans valoriser le travail du journaliste sur son propre média est une pratique déplorable, qui ne vous honore pas.

    Cordialement,

  2. janvier 22, 2015 10:44

    Bonjour,
    Loin de nous l’idée de ne pas valoriser le travail des journalistes. Nous nous efforçons de citer le plus souvent la source et l’auteur de l’article. Bien au contraire, c’est grâce à votre travail que nous pouvons tenir informés les personnes sensibilisées à notre combat contre l’exploitation des gaz de schiste, plus globalement sur les accords d’échanges transatlantiques et plus positivement sur la nécessaire transition énergétique. Bien sûr nous pourrions renvoyer ces personnes à la lecture des articles sur leur support d’origine, mais comme tout bouge rapidement sur le net (disparition des sources, liens plus à jour…) nous avons choisi de conserver l’intégral des articles en archive. C’est plutôt notre politique sachant que nous touchons un public malheureusement assez restreint. J’espère que vous comprenez.
    Bien à vous
    Olivier Dumas

    • Julien permalink
      janvier 22, 2015 1:11

      Bonjour,

      Oui je comprends, mais il faut nous comprendre nous aussi. Nous sommes un petit média, totalement indépendant, et produisons nos propres contenus par le biais de reportages et recherches d’informations.

      Tout bouge en effet rapidement sur la toile, mais pour notre part, ayant un accès gratuit, nous comptons en bonne partie sur des ressources publicitaires. Nous insistons ainsi dans nos conditions générales d’utilisation sur le fait que la copie est autorisée, mais uniquement dans le cadre privé (http://essonneinfo.fr/conditions-generales-dutilisation/).

      Dans la pratique, cela n’interdit bien évidement pas de citer notre travail, si vous considérez qu’il vous apporte une information fiable. Mais il serait plus respectueux de copier le début de l’article, et de mettre un lien renvoyant vers l’article original sur notre site.

      Merci de votre écoute.

      Cordialement,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :