Skip to content

Ségolène Royal suspend le projet Abyssea, au large des îles d’ Hyères

décembre 10, 2014
by

Var matin – Publié le mardi 09 décembre 2014 à 16h50

Abyssea illustration
© Patrice Lapoirie

Le projet d’implantation de plates-formes d’essai et d’expertise par grands fonds, au large du Levant, a été suspendu par le Ministère de l’Ecologie et du Développement durable.

Situé dans le sanctuaire des mammifères marins Pélagos et dans l’aire adjacente marine du Parc National de Port-Cros, ce projet offrait des perspectives offshore aux industries minières et pétrolières.

Face à une forte levée de boucliers des élus du littoral, des écologistes et des personnels du parc national, Ségolène Royal vient d’annoncer la suspension de la procédure d’autorisation qui fait suite à l’enquête publique.

« J’ai demandé au Conseil général de l’environnement et du développement durable d’étudier un autre lieu d’implantation. Dans l’attente des résultats de cette expertise, je demande de ne pas poursuivre la procédure d’autorisation », écrit la ministre.

 

>> RELIRE.

Abyssea: des essais sous la mer porteurs d’emplois mais qui inquiètent

Var matin – Publié le jeudi 04 décembre 2014 à 07h46

Unique au monde, le futur centre d’expertise et d’essai en mer profonde, dédié à l’industrie pétrolière et minière au large de l’île du Levant, soulève autant d’espoirs que d’inquiétudes

L’île du Levant promue demain premier bassin mondial d’essais des techniques sous marine de l’exploitation des hydrocarbures par très grands fonds ? L’enquête publique sur le Centre d’expertises et d’essais en mer profonde porté par la SAS Abyssea, se termine vendredi à Hyères et à Sainte-Maxime.

Un dossier sous-marin explosif qui suscite une levée de boucliers des élus du littoral et des écologistes. Et qui embarrasse en première ligne le Parc national marin de Port-Cros, au moment ou la charte engageant les communes périphériques passe elle aussi à l’enquête publique.

>>LIRE AUSSI. Une motion contre le projet Abyssea au Levant à Hyères

Essais en zone protégée

Ce projet que personne ou presque n’a vu venir, est en effet implanté dans le canyon de Stoechades, en partie en site Natura 2000 «Rade d’Hyères», dans le sanctuaire international de protection des cétacés Pelagos, et dans l’aire maritime adjacente du parc national.

La société Abyssea, basée à La Seyne-sur-Mer et présidée par Yves Chardard, ancien ingénieur de la Comex, a été sélectionnée en 2010 dans le cadre d’un appel à projets du Fonds Unique Interministériel (FUI). La convention d’utilisation porte sur trente ans.

Ce centre d’expérimentation serait composé de deux plateformes immergées à 1 300 et 2 400 mètres, reliées à l’île du Levant par un câble électro-optique de plusieurs kilomètres.

Elles serviraient à des essais et des tests de matériels offshore et permettraient de valider équipements et procédures d’exploration et d’exploitation à de grandes profondeurs. Ce qui pourrait ouvrir d’importantes perspectives aux industries pétrolières et minières.

La première plateforme se situerait au droit de l’île du Levant, dans les eaux territoriales, sur le Domaine public maritime. La seconde, plus au large, dans la Zone économique exclusive (ZEE).

Un poste de contrôle serait implanté sur le site militaire du Centre d’essai et de lancement des missiles de la DGA. Le porteur de projet a mandaté le bureau d’études Créocéan pour établir les données nécessaires aux procédures administratives.

Première plateforme en 2016

Si ce projet divise au sein du parc national – le personnel y est majoritairement opposé et les positions divergent au sein du conseil d’administration – son directeur, Guillaume Sellier, par ailleurs administrateur des Affaires maritimes, a donné un avis favorable.

« Les éléments fournis et la notice du professeur Olivier Adam (spécialiste des baleines, Ndlr.)permettent de considérer que le projet n’aura pas d’impact notable sur les mammifères marins, ce qui constitue notre principale préoccupation », note-t-il.

Le porteur de projet qui s’est engagé au travers d’une charte, à n’effectuer aucune opération pouvant nuire à l’environnement, devra toutefois « produire annuellement la liste des matériels utilisés avec leurs caractéristiques acoustiques, afin de s’assurer que l’absence d’impact sur le milieu soit réellement vérifiée ».

Le parc national demande également la possibilité d’installer sur les plateformes des systèmes d’écoute passive pour l’étude de la faune sous-marine.

L’installation de la première plateforme est prévue au printemps 2016, la seconde serait installée en automne 2018.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :