Skip to content

Gaz de schiste : Les “fracking – workers” sont-ils empoisonnés sur leur lieu de travail

novembre 17, 2014

fracking_colorado_natural_gas_ap_img_0

Un travailleur ajuste les tuyaux sur un site de fracturation près de Mead, Colorado. (AP Photo / Brennan Linsley)

Traduction, Elisabelle Bourgue pour NO Fracking France de l’article : “Are Fracking Workers being poisoned ?


Michelle Chen
 on November 10, 2014 – 

 Les victoires aux élections des  républicains, la semaine dernière, laissent présager une stagnation à Washington, qui pourraient générer un retour  de projets  actuellement des plus controversées sur le débat “Climatique” : Pourrait se retrouver sur le devant de la scène,  le projet longtemps gelé, du pipeline Keystone XL, et la fracturation hydraulique en plein essor, pourrait bénéficier de dispositions plus clémentes.

Un élément pourrait cependant mettre des freins sur la ruée des hydrocarbures non conventionnels,  l’extraction  de ces gaz et pétrole étant aujourd’hui liée à des risques pour la santé  des travailleurs du secteur et des communautés riveraines des plateformes.
Une nouvelle étude , publiée sur le journal, ” Environnement et Santé ” révèle que les données de pollution atmosphérique ont été précédemment sous-estimés,  et que cette pollution de l’air engendre des risques pour la santé des ouvriers  et une grave contamination toxique pour cette population  sur les sites de production de gaz ou de pétrole, contaminations liés aux opérations de fracturation.

Des échantillons d’airs ont été prélevés sur des sites d’extraction d’hydrocarbures de schistes, par des équipes de recherche environnementale. Les analyses ont décelés plusieurs composés volatils qui dépassent les taux autorisés par les directives fédérales dans ce secteur d’exploitation gazier et pétrolier” :  ”Benzène, formaldéhyde et sulfure hydrogène” relevés à des taux élevés qui peuvent porter atteintes à la  santé  des individus qui y sont confrontés.”

Ceci implique que les opérations de  fracturation puissent augmenter les risques de développement de cancers, de malformations génétiques et de dégâts  respiratoires et cellulaires à plus ou moins long terme dans les fermes avoisinantes et dans les villes proches.Ces études sanitaires mettent les industriels du secteur devant leur responsabilité avec une nécessaire prise en considération des coût de santé engendrés par leurs activités.

Nombreux de ces travailleurs souffrent silencieusement. L’enquête d’Ellen Cantarow sur ces questions de santé dans l’industrie du fracking a documenté le cas d’un travailleur, Randy Moyer, sous-traitant  sur des opérations de fracturation, qui s’est plaint de différents maux inexplicables  incluant des maux de tête, des douleurs à la poitrine, des éruptions cutanées : “le bruit blanc constant dans ses oreilles et des difficultés respiratoires qui exigent qu’il dispose désormais d’ inhalateurs partout dans son petit appartement.”

Mais les ouvriers font aussi face à des risques immédiats sur leur lieu de travail : leurs contraintes de travail sont rudes , ils sont constamment exposés à des chutes possibles, à des brûlures suite à une manipulation des produits ou des explosions et à des accidents de la route. D’ innombrables  autres traumas touchent ces travailleurs, selon une analyse F*WW.Les statistiques officielles du travail de 2003 à 2012 montre que le taux de morts liées au travail dans le secteur pétrolier et gazier estt 6.5 fois plus élevé que le taux  d’accident mortel de tous les travailleurs américains. Pendant cette décennie, les travaux de forage de pétrole et de gaz étaient presque 12 fois plus mortels que le travail moyen aux États-Unis.”

Les échantillons évalués dans l’étude de la pollution de l’air ont été recueillies par des bénévoles de groupes de surveillance environnementales locales, qui ont été formés à analyser l’ air à proximité de plusieurs sites de production dans l’Arkansas, le Colorado, l’Ohio, la Pennsylvanie et le Wyoming. de nombreux composés volatiles polluants  ont été trouvés à des niveaux alarmants comme  le benzène, qui est identifié et classé comme cancérigène ( leucémie), et facteur de maladies du poumon, ainsi que de problèmes de santé chez l’enfant et le développement du fœtus.
Certains chercheurs qui ont manipulé des échantillons de formaldahyde ont déclaré des symptômes préoccupants: de fortes irritations des yeux, du nez, de la gorge et de la peau. De même, pour les échantillonneurs dans le Wyoming qui ont montré des symptômes associés a l’exposition au sulfure d’hydrogène : « des maux de tête, des étourdissements , irritation des yeux, [et] la fatigue. “

Un chercheur bénévole,  Avril Lane, du groupe environnemental ArkansasFracking.org, a déclaré dans un communiqué,  que les bénévoles développaient tous les mêmes les symptômes  après qu’ils aient prélevés leurs  échantillons de l’air à proximité des sites de pétrole et de gaz dans le centre de l’Arkansas.

La quasi-totalité d’entre nous qui ont prélevés des échantillons d’air ont signalé des symptômes de santé pendant l’échantillonnage : des vertiges ou des étourdissements; des sensation de brûlure, des écoulements nasaux; des nausées; et des maux de gorge ou irritations.

Les habitants des communautés les plus touchées, se positionnent  désormais en  observateurs des symptômes sur le terrain, ils s’engagent  avec la science d’une manière participative ce qui permet à la collectivité de dénoncer  les conséquences de l’extraction de ces hydrocarbures.

 

Source : http://www.thenation.com/blog/190025/are-fracking-workers-being-poisoned-job#

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :