Skip to content

Aux Etats-Unis, le gaz de schiste provoque des embouteillages

novembre 3, 2014

L’industrie pétrolière accapare le réseau ferroviaire.
Le transport des céréales et des oléagineux prend du retard.

Aux Etats-Unis, le transport du soja, dont la récolte s’achève, connaît des retards sans précédent. Depuis plusieurs semaines, le pays achemine les graines avec difficulté jusqu’aux usines de transformation. « Tous les moyens de transport sont saturés, explique Léopold Michallet, consultant analyste chez Agritel, aussi bien le rail, la route que les fleuves. »

En cause ? La révolution du schiste : avec l’explosion de la production de pétrole, l’industrie pétrolière s’est emparée du réseau ferroviaire. Les trains sont accaparés par l’or noir au détriment des matières premières agricoles. D’après l’Association des chemins de fer américains, en 2013, le brut convoyé par le rail a presque doublé.

Conséquence de cet engorgement ferroviaire, la semaine dernière, les trains n’avaient pas roulé aussi lentement depuis avril 2010, tandis que le temps d’attente pour charger les wagons était le plus long depuis trois mois.

Le réseau routier, pris à son tour d’assaut, manque aujourd’hui nettement de camions. Sur les différents fleuves qui traversent le pays, les difficultés sont là aussi, poursuit Léopold Michallet, qui souligne en particulier l’engorgement sur le Mississippi : « Il y a un problème d’obsolescence des écluses et le nombre de barges est insuffisant. » Or, la route est stratégique, puisque les barges descendent les céréales du Middle West aux zones d’exportation. En un an, les coûts de transport sur le fleuve ont augmenté de 40 %.

« Pour ceux qui expédient des céréales, les difficultés ont commencé l’hiver dernier, d’abord au Canada, puis aux Etats-Unis », déplore Stephen Nicholson, analyste chez Rabobank. Et, pour ce spécialiste agricole établi à Saint-Louis, au bord du Mississippi, les problèmes ne sont pas près de se dissiper. Peut-être la construction de l’oléoduc géant Keystone permettra-t-elle d’améliorer franchement la situation. En attendant, l’industrie pétrolière l’emporte : elle paie davantage pour son transport.

Hausse des cours du soja

Les acheteurs de soja, eux, s’inquiètent. Eleveurs de bétail comme fabricants de nourriture pour animaux commencent à manquer de matière. « Certaines usines fonctionnent au ralenti », indique Léopold Michallet. Ces délais font s’envoler les prix sur les marchés mondiaux depuis un mois. A la Bourse de Chicago, les cours du soja ont grimpé de 14 %, ceux du tourteau de soja – qui sert à nourrir les animaux – ont bondi de 29 %. Ces hausses ont des répercussions dans le monde entier puisque, en France, à Montoir-de-Bretagne, les cours des tourteaux ont aussi fortement progressé, tout comme en Chine sur le Dalian Exchange.

A l’heure où les Etats-Unis s’apprêtent à engranger une récolte de soja et de maïs historique, certains estiment que ces embouteillages pourraient toucher les exportations, si les terminaux portuaires venaient à être engorgés à leur tour, retardant les cargaisons.

Muryel Jacque, Les Echos

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :