Skip to content

Avion: la société EGL autorisée à réaliser un forage d’exploration du gaz de houille

octobre 19, 2014

source:  La Voix du Nord

PAR EMMANUEL CRÉPELLE

Bertrand Péricaud, conseiller régional communiste et président de la commission de développement économique, se souvient bien de la première fois où on parlé du gaz de houille.

En Lorraine, la société EGL a déjà lancé plusieurs forages d’exploration. Les élus du conseil régional Nord - Pas-de-Calais sont allés sur place en janvier. PHOTO ARCHIVES MAX ROSEREAUVDNPQR
En Lorraine, la société EGL a déjà lancé plusieurs forages d’exploration. Les élus du conseil régional Nord – Pas-de-Calais sont allés sur place en janvier. PHOTO ARCHIVES MAX 

C’était lors d’une rencontre à l’Elysée en 2011 où on passait en revue les projets régionaux. « Arnaud Montebourg nous a dit que nous devrions regarder le potentiel du gaz de houille. Même si c’est l’État qui donne les autorisations de forer et que la voix de la Région n’est même pas consultative, nous avions besoin d’un éclairage sur le sujet. » À l’époque on parlait beaucoup de gaz de schiste au États-Unis et des ravages sur l’environnement, ce qui a conduit au vote d’une loi interdisant la fracturation hydraulique le 13 juillet 2011.

Le conseil régional décide donc de lancer une mission d’enquête sous l’égide du schéma régional de développement économique. Les auditions de scientifiques, de spécialistes comme EGL (partenaire de Gazonor pour l’éventuelle exploitation du gaz de houille), des acteurs économiques… se succèdent. Une visite sur le terrain, en Moselle où l’exploration a déjà commencé est organisée en janvier 2014. « La Lorraine a deux ans d’avance sur nous. Nous avons visité les forages, rencontré les élus des communes concernées. Là bas, même les Verts au conseil régional y sont favorables. » Dans notre région, il semble se dégager une belle unanimité autour du dossier… sauf chez les Verts.

La conclusion de tout ce travail ? D’abord qu’il n’y a pas de risque insurmontable en terme écologique pour mener des forages d’exploration. Même s’il faudra prendre garde à la ressource en eau. La nappe phréatique est située à 300/400 mètres alors qu’on va forer à 1 000/1 500 mètres.

Ensuite, il est nécessaire de forer pour connaître le vrai potentiel de gaz et les conditions de son exploitation. Ce n’est qu’à la lumière de ces enseignements que l’État décidera ou pas d’autoriser l’exploitation.

« La mission d’enquête préconise plusieurs choses : travailler en commun avec la Lorraine ; mettre en place des projets de recherche, créer un comité de suivi régional décliné localement. EGL veut investir 17 M € pour cinq forages d’exploration dont Avion et Divion. Pour ces derniers, la société a obtenu les arrêtés préfectoraux. Quoi qu’il en soit, elle ne pourra pas faire d’exploitation sans nouvelle autorisation de l’État. Ce que l’on sait, c’est que l’exploration à Avion et Divion n’aura pas lieu en 2014 ; peut-être même pas en 2015. » On estime que 500 emplois pourraient être créés.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :