Skip to content

Cabezac : les anti gaz de schistes bloquent un convoi

juillet 21, 2014

 

source: l’independant

Le 20 juillet à 6h00 par Xavier Coppi | Mis à jour il y a 18 heures

Le 28 juin, 400 personnes avaient manifesté entre Argeliers et Mirepeisset. Hier, ils étaient une quarantaine à Cabezac.
Le 28 juin, 400 personnes avaient manifesté entre Argeliers et Mirepeisset. Hier, ils étaient une quarantaine à Cabezac. PHOTO/Photo Ph.L

Un convoi de deux camions sondeurs à l’arrêt a été repéré par les manifestants hier matin …qui se sont empressés de le bloquer. Ils craignent le début des sondages.

 

 

Des alertes à répétition

Ce n’est pas la première fois que les collectifs opposés à l’exploitation du gaz de schiste alertent l’opinion publique. Le 10 novembre 2012 déjà 2 camions avaient été aperçus, transportés par la même société néerlandaise que celle bloquée à Cabezac depuis hier matin, et avec la même destination : Charleville-Mézières, puis le bateau vers la « Russie ou la Chine » (ce que disait aussi hier le responsable du convoi).

Le 19 juin dernier, vers Juvignac dans l’Hérault une alerte avait été lancée par les militants, avant d’être désamorcées par ces derniers. Les camions en provenance du site de fabrication des camions sondeurs à Valentine près de Saint-Gaudens (de la même marque que ceux de Cabezac) auraient transité par l’Hérault pour rejoindre Marseille puis le Qatar.

Ils ont promis de se relayer, 24 heures sur 24, et bloqué avec deux véhicules le convoi a l’arrêt en bordure de la route de Béziers, à une centaine de mètres de la sculpture de la révolte de 1907. Échoués là par hasard selon un responsable du convoi en provenance de Valentine (31), site de production de Sercel, leader mondial sur le marché des camions sondeurs, les deux semi-remorques avaient été repérés dans la matinée par des anti-gaz de schiste. Très vite les collectifs, déjà en alerte, se sont rendus à Cabezac dans l’Aude, juste derrière la coopérative de l’Oulibo, pour observer chaque mouvement du convoi, et sensibiliser les automobilistes à leur cause : le refus de voir les sous-sols des Plaines du Languedoc exploités pour leur gaz de schiste. Songeurs ou rageurs, les chauffeurs et accompagnateurs du convoi tentaient de se tenir à l’écart.

  • La crainte de sondages locaux

Les collectifs opposés à l’exploitation du gaz de schiste en Languedoc, un dossier qui a refait surface en juin dernier quand un topographe a contacté des mairies du Minervois et des Corbières dans la perspective de « l’acquisition géophysique », c’est-à-dire des sondages des sous-sols avec des camions vibreurs, sont en alerte maximale, craignant le début des recherches de mines d’hydrocarbures gazeux.

Le contrat est détenu par une société norvégienne, Lundin Petroleum. Une extension du contrat de cinq années aurait été demandée par les Norvégiens au ministère de l’écologie le 24 juin dernier. La mobilisation, perturbant le trafic sur la route de Béziers, les menaces des uns et des autres de faire appel aux gendarmes, doit surtout montrer aux titulaires du contrat d’exploitation obtenu en 2008, que l’arrivée des « vrais » camions sondeurs ne sera pas la bienvenue. Les élus locaux sont eux aussi opposés au début des recherches. La conseillère générale du canton de Ginestas, Francine Schivardi était sur place, hier après-midi, mobilisée mais rassurante : « tout est en règle ».

  • Destination la Bachkirie

Le bon de livraison que nous avons pu apercevoir, portant sur une marchandise de « 42 000 kg » indique le nom de l’acheteur, une société de géophysique en République de Bachkirie, membre de la fédération de Russie, entre la Volga et les Monts Oural, à 1 519 km à l’est de Moscou.

Camions vibreurs à destination Charleville-Mézières puis la Russie

Un responsable du convoi de camions sondeurs (utilisés pour les sondages de réserves de gaz de schiste) a l’arrêt depuis samedi matin sur la route de Béziers à Cabezac/Bize-Minervois, explique pourquoi le convoi se retrouve là, et annonce son départ lundi.

De nationalité allemande, il accompagne le convoi et les chauffeurs « ne maîtrisant pas très bien le français ». « Nous les pilotons aussi, parce que notre feuille de route est très complexe. On va d’arrêtés en autorisations, de prises en charge par les gendarmes en autorisations des communes traversées, schémas à l’appui« , explique encore notre interlocuteur.

« Ce qui est arrivé, et c’est pourquoi nous nous sommes garés ici (en bordure de la D5, route de Béziers) c’est que nous avons pris beaucoup du retard au passage d’un pont vers Carcassonne. On aurait pu circuler jusqu’à midi aujourd’hui, parce que le trafic de convois est réglementé en ce week-end de vacances, mais nous avions un problème d’organisation pour trouver un relais routier. Ce qui fait que nous nous sommes garés ici. Dimanche, c’est interdit de rouler, donc on ne peut repartir que lundi.«  Les chauffeurs devaient passer la nuit dans leur véhicule, le responsable était en quête d’une location sur le Narbonnais.

La feuille de route, montrée aux manifestants un peu plus tôt « en gage de notre bonne volonté » indiquait les étapes d’un périple jusqu’en Belgique. « Nous avons pour mission d’amener le convoi jusqu’à Charleville-Mézières à la frontière belge », poursuit le responsable qui évoque de possibles clients Russes ou Chinois.

Le bon de commande de la société Sercel basée à Valentine prèsd e Saint-Gaudens (31), leader mondial sur le marché de la fabrication de tels camions sondeurs, indique un bureau d’étude géophysique comme destinataire, en Bachkirie, petite république de 4 millions d’habitants, composante de la fédération de Russie.

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :