Skip to content

La mine, c’est aussi une histoire d’eau

juillet 17, 2014
by

Le 15 juillet 2014 par Daniel Krajka, in L’Usine Nouvelle

Obligées d’extraire leurs minerais dans des zones peu humides, les compagnies minières doivent faire face à une forte augmentation de leurs besoins en eau. Le traitement et le recyclage des eaux usées s’amplifient également.

L’industrie minière est devenue l’un des grands marchés industriels pour les grandes compagnies de traitement d’eau, souligne une étude du consultant spécialisé Bluefield Research. Dans son étude sur les perspectives de la concurrence, des coûts et de la demande pour la période 2014-2019, Bluefield prévoit une hausse de 85%  des coûts annuels du traitement de l’eau pour les compagnies minières. Ceux-ci – qui comprennent les coûts d’approvisionnement et les coûts de traitement des eaux usées – devraient bondir de 9 milliards de dollars en 2014 à 17 milliards en 2019.
Cette importante croissance de la demande va aiguiser la concurrence entre les géants du secteur, en particulier les américains GE Water et Pentair Water et les français Veolia et Suez. Des règlementations plus strictes sur l’utilisation de l’eau offrent cependant des opportunités à de nouveaux entrants – Aqualia, Doosan, Acciona, et Valoriza – capables d’offrir des unités de désalinisation de l’eau de mer aux compagnies minières. Plus de 15 milliards de dollars ont été investis dans la construction d’unités de désalinisation et de pipelines destinés à alimenter en eau les sites miniers.
« Il y a trois facteurs supportant la croissance des besoins en eau des mines », explique Erin Bonney Casey, un  analyste de Bluefield Research, spécialisé dans les marchés de traitement de l’eau. Près de la moitié des investissements prévus dans l’industrie minière – soit 223 milliards de dollars – sont globalement situés dans des régions ne bénéficiant pas d’une pluviométrie suffisante. De plus, les règlementations plus contraignantes sur l’approvisionnement en eau et le traitement des eaux usées, ainsi que le drainage des eaux acides, obligent les compagnies à adopter de nouvelles solutions. Les règlementations mises en place par les pays miniers traditionnels – Australie, Canada, Etats-Unis – sont progressivement adoptées par les autres pays miniers. « Enfin, des technologies avancées aident à réduire la consommation d’eau par tonne extraite », souligne l’analyste.
Selon le consultant, les 15 plus importantes compagnies minières ont utilisé en 2012 pas moins de 25,3 millions de mètres cubes d’eau par jour, dont 62% ont été traités et recyclés. L’utilisation de l’eau par les différents groupes miniers varie fortement, note le rapport. Pour chaque mètre cube d’eau utilisé, BHP Billliton, le plus performant, produit pour 344 dollars de minerai. A l’autre bout de l’échelle, Newmont ne produit que 19 dollars pour la même quantité d’eau utilisée. Le groupe américain recycle toutefois 32% de ses eaux usées.

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :