Skip to content

Indépendance énergétique des États-Unis : des chiffres en trompe l’oeil

octobre 9, 2013

source: les echos
Écrit par

LE CERCLE. Les États-Unis sont redevenus, en 2013, le premier pays producteur d’hydrocarbures au monde. S’agit-il d’une indépendance durable ou éphémère ?

Un boom gazier salvateur

L’investissement massif des États-Unis dans de nouvelles techniques ultrasophistiquée, tel le forage horizontal ou la fracturation hydraulique leur a donc permis de se hisser au sommet des pays producteurs d’hydrocarbures – pétrole et gaz naturel – au monde. Dépassant par la même des pays à fortes capacités d’hydrocarbures, à savoir la Russie et l’Arabie Saoudite. Cette dernière, et ce n’est plus un secret, a atteint son pic de production pétrolière depuis longtemps et son déclin naturel ne va qu’aller en s’accélérant.

Concernant la Russie, le problème est tout autre. Elle regorge d’hydrocarbures – notamment de gaz naturel – qu’elle exporte massivement vers les États de l’Union européenne et à moindre mesure vers l’Asie du Sud-Est. Sa position stratégique vis-à-vis de L’UE est dominante. Elle rêvait d’en faire de même avec son ennemi de toujours, et projetait il y a peu encore de liquéfier son gaz pour pouvoir l’exporter vers le pays de l’Oncle Sam. Peine perdue. Les États-Unis se suffisent désormais à eux-mêmes et pourraient même exporter leurs excédents.

Toutefois, cette nouvelle donnée pose deux questions : cette toute récente indépendance énergétique sera-t-elle durable ? Si oui, en quoi cela pourra redessiner la carte géostratégique du monde ?

Une exploitation gazière aux allures d’oasis

Répondons illico à la première interrogation : non les États-Unis ne pourront pas s’appuyer longtemps sur leurs gisements gaziers et donc sur leur supposée indépendance énergétique. Et ils le savent très bien. Le gaz et le pétrole se partageant pour moitié leur production totale d’hydrocarbures, ce premier, à travers le schiste, n’a qu’une durée de vie maximale d’environ 5 ans par gisements. Pour preuve la courbe de production de gaz de schiste dans la poche de gaz "Marcellus" en Pennsylvanie : un débit divisé par 10 en moins de 5 mois. Alors certes ces puits atteignent une production de 7,5 millions de barils par jour au début de leur exploitation.

Mais ils arrivent rapidement au fameux pic de production pour décliner à une vitesse vertigineuse. Les plus grands gisements de schiste des États-Unis ont déjà été exploités et il semble bien que cet eldorado ne soit qu’une chimère. Cependant, cela leur permet de se repositionner dans la nouvelle donne stratégique et géopolitique de l’après-pétrole du golf persique et de l’avènement asiatique comme consommateur insatiable.

Le monde est à un carrefour stratégique important. C’est pourquoi ils se doivent d’être présents dans cette nouvelle ère qui s’annonce et cela passe par l’or noir et le gaz, éléments essentiels pour le développement de toutes économies capitalistes et encore plus pour les pays émergents en proie à des difficultés énergétiques du fait d’une demande exponentielle (importations considérables pour la Chine par exemple).

En sus, notons que la recrudescence de la production pétrolière des États-Unis s’explique tout simplement par la hausse des prix du pétrole du fait de la pression mondiale croissante. Contrairement à la production gazière, celle du pétrole progressera corrélativement avec la hausse du prix du baril : de fait les puits pétroliers américains ne sont exploitables et donc rentables qu’à partir d’une fourchette oscillant entre 85/95 $ le baril.

Dès les prochaines années, les États-Unis devront donc recommencer à importer des énergies fossiles, et notamment du gaz malgré les données actuelles. À moins que la course à l’Arctique et ses supposées "inépuisables" ressources d’hydrocarbures ne viennent là encore redessiner la carte géostratégique, et l’illusoire indépendance énergétique des États-Unis pourrait alors devenir réalité.

About these ads
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 104 autres abonnés

%d bloggers like this: